outil_sculpture
 
 
 
 
 
outil_barbele
retour accueil
outil_jumelle
Retour page précédente

Les fusillés

Rubrique de Souvenez-vous




Les fusillades

Châteaubriant

Les réactions

Dès le 23 octobre 1941, le Général DE GAULLE bien que réticent à l’égard des attentats individuels, appelle les Français à exprimer leur solidarité envers les victimes :
« En fusillant nos martyrs, l’ennemi a cru faire peur à la France. La France va leur prouver qu’elle n’a pas peur de lui. Vendredi prochain 31 octobre, de 16 h à 16 h 05, toute activité devra cesser sur le territoire français (...)

Cette immense grève fera voir à l’ennemi et aux traîtres qui le servent quelle gigantesque menace les enveloppe.
La nation française, figée tout à coup et tout entière, les bras croisés, dans la haine et le mépris frappera d’angoisse l’ennemi et les traîtres qui le servent, en attendant qu’elle les écrase (...)

La France va faire voir au monde qu’elle est une nation, résolue, assurée, qu’elle est la France.



Rouillé

Le camp de Rouillé ouvert le 6 septembre 1941 entre dans le système de répression développé par les nazis, avec l’aide de Vichy (Châteaubriant, Nantes, Souges) pour tenter de briser la Résistance et de l’isoler de la population. Répression féroce des otages, prélevés, dans les camps d’internement.

Fernand DEVAUX, arrêté en 1940-Interné Aincourt, Rouillé et déporté à Auschwitz en 1942 dans le convoi des 45 000 arrivé d’Aincourt à l’ouverture du camp de Rouillé, témoigne, à propos des fusillés :



 
 
Retour haut de page - Accueil - Plan - Contact - Webmaster - Liens - Infos Légales