outil_sculpture
 
 
 
 
 
outil_barbele
retour accueil
outil_jumelle
Retour page précédente

KERBAUL Eugène



NOM - Prénom : KERBAUL Eugène
DATE DE NAISSANCE : 5 août 1917
LIEU DE NAISSANCE : Brest
PROFESSION : Typographe
DATE D’ARRESTATION : 5 juillet 1941 à Brest
PRISONS & CAMPS : Châteaubriant, Voves
DATE DE LIBÉRATION : S’évade du camp de Voves, déguisé en gendarme le 9 janvier 1943.

RESPONSABILITÉS :
Avant la guerre, il est membre des Jeunesses communistes et du PCF [1] en janvier 1936 ; secrétaire des JC [2] de la région « Finistère- Morbihan » jusqu’en septembre 1939 puis secrétaire du Comité de section du PCF et membre du Comité régional Finistère- Morbihan, membre de la rédaction du journal communiste « la Bretagne, ouvrière, paysanne et maritime ».
Mobilisé en 1939, il est libéré le 1er septembre 1940.
Il reprend l’activité clandestine communiste de Brest. En janvier 1941, il participe à la création du premier groupe de « l’organisation spéciale » que le PCF structure en zone occupée. En mars 1941, il installe une imprimerie clandestine à Brest et compose à la main le premier numéro de l’édition finistérienne de la « Bretagne ouvrière, paysanne et maritime ».
Arrêté en juillet 1941, il est dirigé sur le camp de Châteaubriant. En janvier 1943, il s’évade du camp de Voves déguisé en gendarme. Il devient responsable politique de l’inter-région( Paris, Seine, Seine et Oise, Seine et Marne) des Jeunesses communistes, puis muté dans le Nord comme responsable de la JC et officier FTPF [3].
Sous le nom de « commandant Devos », il participe à la libération de Lille et de sa banlieue.
Remobilisé avec le grade de sergent dans l’armée française en février 1945, il est démobilisé en août.
A son retour, il est membre du bureau national de l’UJRF [4], rédacteur en chef de l’ « Avant- garde ». Déchargé de ce poste, il est envoyé en Amérique Latine comme délégué de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique.
De retour en France, il devient rédacteur à l’Union Française d’information (journaliste parlementaire) puis rédacteur à l’Humanité.
Quelques années après, il reprend son métier de typographe, devient secrétaire de la section du 11è arrondissement de Paris du PCF, puis secrétaire de l’Association France- Roumanie (1953-1958).
Membre du bureau de la Société bretonne d’Ile de France, il écrit de nombreux articles et plusieurs livres sur l’histoire du mouvement ouvrier en Bretagne et dans le Nord.

Décorations :
- Croix de guerre avec étoile de vermeil
- Commandant FFI [5], médaille de la Résistance avec rosette
- Médaille des évadés
- Chevalier de la légion d’honneur

Membre actif de l’Amicale de Châteaubriant, dès sa constitution, et de la préparation de l’installation du Musée à la Carrière.


[1Parti communiste français.

[2Mouvement de la jeunesse communiste.

[3Francs tireurs partisans français également appelés Francs tireurs et partisans (FTP).

[4Union de la jeunesse républicaine de France, 1945-1956

[5Forces françaises de l’intérieur.


 
 
Retour haut de page - Accueil - Plan - Contact - Webmaster - Liens - Infos Légales