outil_sculpture
 
 
 
 
 
outil_barbele
retour accueil
outil_jumelle
Retour page précédente

DUBOIS Louis



NOM - Prénom : DUBOIS Louis
DATE DE NAISSANCE : 20 décembre 1912
LIEU DE NAISSANCE : Paris IIIe, résidence Ormesson sur Marne (94)
PROFESSION :maçon puis chef de chantier
DATE D’ARRESTATION : 23 octobre 1940
PRISONS & CAMPS : Aincourt, Poissy, Châteaubriant, Voves dont il s’évade le 9 janvier 1943 déguisé en gendarme avec 9 autres internés.
De nouveau arrêté à Paris le 10 mars 1943, il connaît la prison de La Santé, puis le camp de Pithiviers d’où il s’évade le 9 août 1944.
DATE DU DÉCÈS : 22 novembre1996 à Dax

RESPONSABILITÉS :
Avant guerre : il adhère au PCF [1] en 1934 et participe aux luttes du Front Populaire. Militant actif depuis son adolescence à la Fédération Sportive du Travail (FST) puis à la FSGT [2], il rejoint les rangs de la Résistance dès sa démobilisation en septembre 1940. Il participe à l’établissement et au dépôt du cahier de doléance des chômeurs à la mairie d’Ormesson. (en 1939, avant la mobilisation, il avait déjà participé à une manifestation de chômeurs à Versailles).
Il arrive au camp de Choisel, avec tout le groupe des premiers arrêtés de 1940, à l’ouverture du camp aux prisonniers politiques. Après les évasions, en novembre 1941 de Pierre GAUDIN, Auguste DELAUNE et Henri GAUTIER (il avait coupé les barbelés avec Charly DUMOULIN pour faciliter ces évasions), il est transféré dans la baraque des otages avec 8 autres internés.
Responsable du poste de radio entré clandestinement dans le camp, il le transporte jusqu’au camp de Voves lors du transfert général du 7 mai 1942.
Après son évasion de Pithiviers, il est appelé à l’Etat Major du Colonel ROL- TANGUY. Il sera le Commandant DESCHAMPS et dirigera le bataillon BARA chargé du ravitaillement de la Capitale pendant l’insurrection.
Après la libération, il reprend ses activités au sein du PCF en Indre et Loire. Il s’occupe, sur le plan départemental, de la défense des droits des déportés et internés au sein de la FNDIRP.
Il reprend son métier de maçon.

Il devient membre du Conseil d’administration de l’Amicale de Châteaubriant-Voves-Rouillé et sera son porte-drapeau pendant plusieurs années.
En retraite dans le département Des Landes, il y crée le Comité du souvenir de l’Amicale pour le 50e anniversaire des fusillades.

Décorations :
- Croix de guerre 1939-1940
- Médaille du Combattant
- Médaille du Combattant volontaire de la Résistance


[1Parti Communiste Français

[2Fédération Sportive et Gymnique du Travail


 
 
Retour haut de page - Accueil - Plan - Contact - Webmaster - Liens - Infos Légales