outil_sculpture
 
 
 
 
 
outil_barbele
retour accueil
outil_jumelle
Retour page précédente

GRENIER Fernand



NOM - Prénom : GRENIER Fernand
DATE DE NAISSANCE : 9 Juillet 1901
LIEU DE NAISSANCE : Tourcoing
PROFESSION : Boulanger
DATE D’ARRESTATION : 5 octobre 1940
PRISONS & CAMPS : Aincourt- Fontevrault- Clairvaux - Châteaubriant
DATE DE LIBERATION : Evadé du camp de Choisel (Châteaubriant) le 18 Juin 1941
DATE DU DECES : 12 août 1992 à Saint-Denis

RESPONSABILITES : Avant la guerre de 1939
1918, quelques semaines avant la fin du conflit, Fernand est réquisitionné, envoyé en Belgique dans une unité civile travaillant pour l’armée allemande
1922 : adhère au Parti communiste. Nommé Secrétaire des Jeunesses communistes d’Halluin
1925 : Secrétaire particulier du maire d’Halluin. Donne des articles réguliers à « l’Enchainé », hebdomadaire du PC dans le Nord. Devient rédacteur en chef du « Travailleur » édité par les syndicats unitaires de la Vallée de la Lys. A partir de septembre 1925, il vient à Paris et participe aux divers journaux du PC, des Jeunesses communistes et aux revues
1926 : Condamné le 26 avril par la 11ème chambre correctionnelle à 4 mois de prison pour un article de « l’Avant -garde », peine portée à 8 mois de prison en appel, en juillet 1927. Confirmée le 14 février 1928._ Arrêté à Lille le 21 avril 1928 - Prison de Loos pour purger sa peine. Libéré, il reprend ses activités politiques au Rayon d’Halluin du P.C comme trésorier et participe aux activités des « Amis de l’U.R.S.S » pour la région Nord Pas-de-Calais
1930 : Pour avoir distribué le « Drapeau rouge », il est condamné à 200 francs d’amende et 3 mois de prison qu’il effectue à nouveau à Loos._ 1932 : Elu secrétaire du Rayon d’Halluin du PC. Nommé comme permanent auprès du Comité Central du PCF
1933 : Nommé Secrétaire national des « Amis de l’U.R.S.S » jusqu’en 1939
1936-1937 : Avec Jacques DUCLOS et Auguste GILLOT, il est à l’origine de l’action qui permet de battre DORIOT, alors maire de Saint-Denis._ 1937 : Election partielle- Elu contre DORIOT
1939 : Elu en septembre, député de Saint-Denis, déchu en 1940
1940 : Mobilisé le 1er septembre 1939, sapeur à la 5ème compagnie du bataillon du génie à Laval. Participe à l’organisation des premiers groupes populaires. Ecrit les premiers tracts anti-Vichy et antiallemands
1940 : Arrêté le 5 octobre._ 1941 : Evasion de Châteaubriant le 18 juin. Retour à Paris- Rédaction de brochures et journaux clandestins
Contacts avec la Résistance gaulliste, délégué par le Comité central du PCF pour rencontrer le Colonel Rémy, délégué du Général De Gaulle
1943 : Devient en janvier le représentant du PCF auprès de la « France combattante » à Londres
A la BBC de Londres, révèle la vérité sur l’enfer des camps nazis
Délégué à l’Assemblée consultative d’Alger en octobre et ministre de l’air en avril 1944 dans le gouvernement provisoire d’Alger
En mars 1944, il présente un texte instituant le vote des femmes, à toutes les élections, qui sera accepté par De Gaulle (cette décision sera appliquée pour la première fois lors des élections de 1945)._ Dirigeant communiste, député de Saint-Denis de la Libération à 1968
Décédé le 12 aout 1992 à Saint-Denis.

Décorations : Homologué Commandant FFI.
- Croix de guerre avec palme.
- Médaille de la Résistance.
- Chevalier de la Légion d’Honneur.
- Il fait partie des fondateurs de l’Amicale de Châteaubriant, est devenu son président en novembre 1976, en remplacement de Léon Mauvais, jusqu’à son décès en 1992.

lieu d’inhumation : Inhumé au cimetière du Père Lachaise.


 
 
Retour haut de page - Accueil - Plan - Contact - Webmaster - Liens - Infos Légales